printEnvoyer à un ami

Détail

Rapport d'activité 2011

Journée mondiale Sans Tabac le 31 mai 2012


Journée mondiale Sans Tabac le 31 mai 2012

Communiqué de presse

 

 

Thème : L’ingérence de l’industrie du tabac

 

Afin de toujours plus accroître ses profits commerciaux, l’industrie du tabac est de plus en plus agressive avec les instances internationales qui luttent contre le tabagisme et dont les actions commencent à porter leurs fruits. Elle s’emploie à minimiser, occulter ou nier les effets néfastes du tabac sur la santé des consommateurs et des populations et à détourner ou retarder toutes les mesures qui visent à réduire la consommation de tabac.

Aussi le thème de la journée mondiale sans tabac 2012 est de dénoncer cette « ingérence de l’industrie du tabac ». Son objectif est de rappeler avec force les dangers du tabac et de démontrer les manœuvres des manufacturiers pour neutraliser la convention cadre de l’OMS(1) de lutte contre le tabagisme.

Car le constat est effrayant. Le tabac a provoqué 100 millions de décès anticipés au XXe siècle et si l’épidémie du tabagisme se poursuit dans le monde au rythme actuel, il en provoquera 1 milliard au cours de celui-ci. Au Luxembourg l’on évalue chaque année à 600 le nombre de décès prématurés chez les fumeurs et à 60 le nombre de décès imputables au tabagisme passif. Le plus absurde est que ces décès sont évitables.

 

Les fumées de tabac sont très nocives et entraînent de multiples maladies souvent graves, handicapantes ou malheureusement mortelles. Citons parmi celles-ci de nombreux cancers dont ceux du poumon et de la gorge, l’infarctus du myocarde, l’artérite des membres inférieurs ou les accidents vasculaires cérébraux, ou encore les infections pulmonaires sévères et les maladies chroniques respiratoires obstructives appelées BPCO(2).

Mais le tabagisme ne diminue pas chez les jeunes, notamment les jeunes filles, et les cancers du poumon continuent d’augmenter chez la femme. Car l’industrie du tabac s’adapte et sait attirer les nouvelles générations dans la dépendance grâce à l’image mensongère que suggère le packaging, grâce à des modes de consommation conviviaux ou exotiques (chicha, etc.) ou par des produits aux accents pseudo-biologiques ou naturels.

 

Leur lobbying au niveau des instances antitabac et de l’OMS est très actif, et pas uniquement dans les pays émergents. Les industriels du tabac s’emploient, avec énergie, obstination et il faut le dire avec une efficace réactivité auprès des gouvernants à attaquer, annuler ou différer les dispositifs et mesures de la convention-cadre de lutte contre le tabagisme ratifiée par près de 170 pays. Ces dispositions concernent par exemple :

·         L‘interdiction de vente aux mineurs

·         La réglementation de la composition du tabac et son étiquetage

·         La standardisation du conditionnement et de l’étiquetage des produits du tabac

·         L’adoption de mesures financières et fiscales pour réduire la consommation de tabac

·         L’interdiction de la publicité et du parrainage en faveur du tabac

·         La lutte contre le marché de la contrebande

 

Cette ingérence est inadmissible et il est urgent que les pays signataires respectent tous  leurs engagements. Aussi, l’OMS demande instamment aux pays signataires de mettre la lutte contre "l’ingérence de l’industrie du tabac" comme une priorité de la lutte contre l’épidémie mondiale de tabagisme. Le premier de leurs devoirs est de mettre en garde les populations contre les dangers du tabac car il est la première cause évitable de mortalité. L’interdiction de vente aux mineurs et par des mineurs et l’interdiction de la publicité, de la promotion et du parrainage du tabac sont deux autres impératifs de la lutte contre le tabagisme.

Au  Grand-duché, l’une des premières mesures exemplaires à entreprendre serait d’interdire le tabac dans les bars et discothèques. Cette idée a d’ailleurs été accueillie avec bienveillance par une grande majorité de la population et par l’ensemble du corps médical.

 

Enfin, n’écoutons plus les discours rassurants ou mensongers des cigarettiers dont le seul objectif est d’accroitre leurs bénéfices en répandant leurs funestes produits. Combattons « l’ingérence de l’industrie du tabac » qui cherche à détruire la lutte contre le tabagisme et encourageons avec force cette démarche.

 

 

 

 

(1)  OMS : organisation mondiale de la santé

(2)  BPCO : bronchopneumopathie chronique obstructive comme la bronchite chronique obstructive ou l’emphysème pulmonaire qui peuvent évoluer vers l’insuffisance respiratoire sévère  (nécessitant un appareillage par oxygène voire respirateur)