printEnvoyer à un ami

Détail

En route… vers la banqueroute?

Journée mondiale contre la tuberculose – 24 mars 2013


« Plus de tuberculose de mon vivant  »

COMMUNIQUE DE PRESSE

La journée mondiale de la Tuberculose 2013 prolonge la campagne entamée l’année dernière sous le slogan « Plus de tuberculose de mon vivant ». En effet de nos jours, alors que la maladie est curable, il n’est plus supportable de tolérer 1,5 millions de décès par tuberculose (TB) et 8,7 millions de nouveaux cas de maladie tous les ans dans le monde. Les pays à faibles ou moyens revenus paient un très lourd  tribut à la maladie. Ils concentrent de trop nombreux enfants et femmes malades et totalisent plus de 95% des décès mondiaux. La carte du WHO 1 ci-dessous est très démonstrative de la répartition de la maladie sur la planète.

<media 380></media>

 

 

 

Carte tirée du rapport de l’OMS 1 : Global Tuberculosis Control. WHO, 2012

 

Certes depuis 1990 des progrès très sensibles ont été enregistrés avec notamment une chute de la mortalité par TB de plus de 41%. Toutefois l’OMS ne pourra atteindre, en 2015, son objectif de réduire de moitié la mortalité par TB. Et bien que la maladie régresse depuis quelques années grâce aux efforts qui ont été réalisés et aux plans d’action successifs adoptés, cette évolution encourageante est beaucoup trop lente.

 

Ors la TB pourrait disparaître si l’on s’en donnait suffisamment les moyens. L’axe essentiel serait d’investir massivement pour la lutte antituberculeuse dans les pays à faibles et moyens revenus.

Pour y parvenir des actions prioritaires ont été définies :

 

  •  Chaque individu du globe et particulièrement les enfants, les femmes et les exclus, qu’ils le soient pour des raisons  géographique, politique, religieuse ou socio-économique  doit pouvoir avoir accès aux médicaments et traitements efficaces.

 

  • La lutte contre la résistance aux médicaments très souvent due à un traitement mal adapté est le corollaire de ce premier point. L’arrêt et le déclin des multi résistances passent donc par la provision de médicaments efficaces et la supervision de la bonne prise du traitement.

 

  •  Un investissement conséquent dans la recherche est indispensable. Des progrès indéniables ont été réalisés ces dernières années. Mais il faut encore améliorer ces produits pour permettre aux populations les plus pauvres de bénéficier de tests de diagnostic et de sensibilité aux médicaments, rapides, fiables, simples et peu coûteux ainsi que de nouveaux vaccins plus efficaces.

 

  •  La prise en compte la coïnfection TB / virus du Sida (HIV) dans les pays à faibles ou moyens revenus doit s’amplifier. Il faudrait généraliser l’accès au traitement préventif des personnes infectées par le bacille tuberculeux, dépister systématiquement la TB chez les porteurs du VIH et enfin généraliser les traitements antirétroviraux chez ces séropositifs (HIV).

 


  •  Enfin pour réaliser toutes ces actions il est nécessaire que la communauté internationale toute entière investisse réellement dans la lutte antituberculeuse. Chaque année il manque 3 milliards de dollars dans les caisses alors qu’il en faudrait au minimum 8 pour combattre efficacement la TB.

 

 

 Les progrès enregistrés et encourageants de la lutte antituberculeuse restent encore insuffisants. Cette campagne est le moyen de sensibiliser et mobiliser la communauté internationale, les décideurs et tous les partenaires de la lutte antituberculeuse pour arriver pas à pas à éradiquer la TB.

 

La Ligue médico-sociale, comme elle l’a toujours fait, soutient avec force et détermination cette campagne 2013  « Plus de tuberculose de mon vivant » et y apporte sa contribution.

 

 

Les activités de « Lutte contre les maladies respiratoires et la tuberculose » de la Ligue Médico-sociale en 2012:

-       20603 consultations

-       8002 tests cutanés tuberculiniques effectués

-       7202 radiographies du thorax réalisées

-       49 cas de TB déclarés auprès de ses services

-       925 infections tuberculeuses latentes (infection sans aucun signe d’activité de la maladie) dépistées.

 

 

1              World Health Organisation / Organisation Mondiale de la Santé

 

 

 

21-23, rue Henri VII

L-1725 Luxembourg

e-mail : ligue@ligue.lu

www.ligue.lu